La Ligue 89 accueille Quentin, nouveau volontaire en service civique sur une mission numérique

Faisons connaissance avec Quentin, nouveau volontaire en service civique sur une mission numérique à la Ligue 89.

 

Peux-tu te présenter et nous dire qui tu es ?
Je m’appelle Quentin, j’ai 24 ans et je suis volontaire en service civique à Auxerre pour une durée de 9 mois.


Comment as-tu connu le service civique ?
C’est un ami à moi qui était lui aussi en service civique qui m’en a parlé. Il m’a expliqué ce qu’il faisait en mission et ça m’a fortement intéressé. J’arrivais à l’issue de mes études et je souhaitais découvrir de nouvelles choses.


Pourquoi as-tu choisi de devenir volontaire ?
C’est après que mon ami m’ait parlé précisément des missions qui lui ont été confiées que le service civique a résonné comme une évidence pour moi. Les valeurs véhiculées et l’ambiance qui s’en dégageait m’ont conforté dans ce choix.


Quelle est ta mission de SC ?
Je suis au service numérique. Je suis chargé de faire des projets audiovisuels. C’est généralement de la réalisation de clips vidéo présentant le service civique et les missions des volontaires. Je m’occupe ainsi de les tourner, recueillir des témoignages et monter l’ensemble sur logiciel. En complément, j’interviens aussi sur de l’animation avec ma tutrice June, chargée du numérique, auprès d’organismes divers.


Peux-tu nous parler de tes passions ?
Je suis passionné par le cinéma et j’essaye de transmettre au mieux cette passion par le biais de ma chaine Youtube : CINECAVIAR. C’est cette volonté de partager cet amour pour le cinéma qui m’anime.
Cela fait désormais plus d’un an et demi que je fais des vidéos sur internet et cela est très bénéfique pour moi. Cela m’a apporté de la confiance en moi, des compétences en réalisation et montage de vidéos et aussi je me suis étonné à m’investir autant dans un projet.


Quels sont tes projets d’avenir ?
Mon projet utopique serait de pouvoir exercer sur ma chaine YouTube à temps plein et pouvoir en vivre, mais je suis conscient que la réalité est bien plus complexe. Si les opportunités le permettent, j’aimerais partir à l’étranger pour améliorer mon anglais. Au regard de la situation actuelle, cela paraît compliqué donc je suis déjà en train de préparer l’après pour ne pas me retrouver démuni. Ce qui est sûr, c’est que je continuerais à développer ma chaine Youtube.